Rodriguez: «On ne bâtit pas une carrière sur le bling-bling»

Rodriguez: «On ne bâtit pas une carrière sur le bling-bling»
PhotoNews

Installé à Pékin depuis mars 2011 où il dirige une académie, Carlos Rodriguez y a redécouvert un certain confort familial, mais il n’a rien perdu de sa vision tennistique et surtout de cet accent savoureux qui, l’air de rien, pointe toujours les mots justes, de la Chine… à la Floride.

Découvrez l'abonnement numérique la Nouvelle Gazette pour seulement 1€ par mois !

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Découvrez l'abonnement numérique la Nouvelle Gazette pour seulement 1€ par mois !

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Nouvelle Gazette ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct