Cerfontaine: rien que du pain sur la planche des boulangers

Une vitrine de plexiglas sépare Josette de ses clients.
Une vitrine de plexiglas sépare Josette de ses clients. - Cécile Belges

En tant que commerce de première nécessité, les boulangeries continuent à servir la population. Mais comme l’explique Josette, gérante du « P’tit Biscuit » à Silenrieux, le contexte actuel rend les choses très compliquées.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Nouvelle Gazette ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct