• Accident entre deux véhicules sur la E42 à Lambermont

    Accident entre deux véhicules sur la E42 à Lambermont

    PROVINCE DE LIÈGE

    Accident à Lambermont

    Un accident impliquant deux véhicules s’est produit sur la E42 qui vient de Francorchamp à hauteur de Lambermont, à hauteur de Battice entre les bornes kilométriques 7.5 et 6.5. La bande de gauche est obstruée, ce qui provoque des files.

    Travaux boulevard d’Avroy

    Suites aux travaux du tram, la circulation est ramenée à une seule bande entre la rue Forgeur et l’avenue Maurice Destenay, dans le sens vers la place Saint-Lambert. Ces travaux provoquent de longues files et des ralentissements dans tout le centre-ville.

    ►►Plus d’informations sur ces travaux ici.

    Ralentissements sur la E40

    Comme chaque jour, la circulation est très perturbée sur la E40 entre Barchon et l’échangeur de Loncin. Principalement à cause des travaux effectués entre Rocourt et Alleur. À 07h45, le trafic est ralenti à partir de Vottem jusqu’à l’échangeur de Loncin.

    Dans l’autre sens, en venant de Grâce-Hollogne ou de Hognoul, la circulation est perturbée dans l’échangeur de Loncin.

    ► À 09h20, la circulation est normalisée dans les deux sens.

    Ralentissements sur la E25

    Comme tous les jours, la circulation sur la E25 entre Tilff et le tunnel de Cointe est difficile durant la matinée. À 07h45, la circulation est très ralentie entre Embourg et Chênée.

    ► À 08h20, la circulation est normalisée.

    ►► Voici la liste des travaux de la SOFICO en cours !

    Accident sur la E42

    Un accident s’est produit, tôt ce matin, sur la E42 qui vient de Liège, à hauteur de la borne kilométrique 15.5, un peu avant la station de Verlaine en direction de Namur. Le passage y est difficile, ce qui provoque des ralentissements.

    La police et le dépanneur sont sur place à 06h25.

    ► La chaussée est libre à 07h30.

    ►► Retrouvez ici toutes les informations sur la mobilité.

    BRUXELLES ET BRABANTS

    Ralentissements sur la E40

    Comme tous les jours, rejoindre Bruxelles par la E40 qui vient de Liège est assez compliqué. À 09h20, on ralentit entre Everberg et l’échangeur avec le Ring de Bruxelles.

    ►► Voici comment éviter un P.-V. de 174€ pour mauvais stationnement !

    Embouteillages sur le Ring

    La circulation est très ralentie à l’approche du carrefour Léonard. Sur le Ring extérieur, les files remontent jusqu’à Braine-l’Alleud à 07h30. Ces files remontent également sur la E411 qui vient de Luxembourg, jusqu’à Overijse.

    Sur le Ring intérieur, la circulation est particulièrement compliquée à l’approche des travaux à hauteur de Halle, en direction de Grand-Bigard. À 07h30 ce matin, la circulation est quasiment à l’arrêt entre Braine-le-Château et Beersel. Un accident s’est produit à hauteur de Halle, ce qui ralentit encore plus la circulation.

    Dans l’autre sens, c’est entre Ruisbroek et Huizingen que la circulation est perturbée.

    Plus loin sur le Ring intérieur, la circulation est compliquée entre Grand-Bigard et Grimbergen, en direction de Machelen.

    ►► Voici les questions que vous ratez le plus souvent au permis de conduire  !

    Accident sur la E40

    Un accident s’est produit vers 07h50 sur la E40 qui vient de Liège pour aller à Bruxelles, au niveau de la borne kilométrique 12.9 à hauteur d’Everberg. La bande de droite est obstruée.

    ► La chaussée est libre à 08h20.

  • Elisez le Ballon d’Or Huy-Waremme 2019

    Que de chemin parcouru en un an pour Jordan Lomba, notre Ballon d’Or.
    Que de chemin parcouru en un an pour Jordan Lomba, notre Ballon d’Or. - J.G.

    Une semaine après les Nationales, les clubs de provinciales ont aussi repris le collier le week-end dernier. Pour tourner définitivement la page de 2019, nous vous proposons, comme c’est désormais la coutume au cœur de l’hiver, d’élire le Ballon d’Or de l’arrondissement Huy-Waremme. Un concours qui en est déjà à sa 10e édition.

    La saison dernière, c’est Jordan Lomba qui avait été sacré devant Valton Ramadani (ex-Fize) et Anas Zougar (Verlaine). Un titre plus que mérité quand on voit la vitesse à laquelle l’Ampsinois a gravi les échelons depuis. Quelques mois après son sacre, le médian de Wanze/Bas-Oha (dont nous vous proposons l’interview dans la page suivante) troquait sa vareuse contre celle d’un Stade Waremmien en pleine reconstruction. Le saut en D2 amateurs ne l’a pas effrayé puisqu’il est rapidement devenu une des révélations de cette série. Ses qualités ont attiré l’attention bien au-delà de notre arrondissement puisqu’il a opté pour un transfert en Macédoine. Reste à voir si la transaction pourra se réaliser vu les indemnités que les Macédoniens doivent verser à ses anciens clubs formateurs.

    Qui aura la lourde tâche de lui succéder au palmarès ? Nous avons sélectionné 9 éléments (un par club) en fonction de 3 critères :

    – Le joueur doit avoir évolué dans un club de l’arrondissement Huy-Waremme (en D2 amateurs, en D3 amateurs ou en P1) durant l’ensemble de l’année civile 2019. Geer, promu en P1 au printemps dernier, n’entre donc pas en ligne de compte cette saison.

    – Le joueur doit avoir disputé les deux parties de l’année civile dans le même club.

    – Le joueur ne peut pas avoir remporté le trophée lors d’une édition précédente.

    Comme chaque année, tous les secteurs de jeu sont représentés. On retrouve un gardien (Pire), trois défenseurs (Nawezi, Mbarga et Babitz), deux médians (Deflandre et Castela) et trois attaquants (Dessart, Guillaume et Neerdael).

    Les votes (un par jour et par adresse mail) sont ouverts jusqu’au vendredi 31 janvier à 23h59. Toute tricherie ou tentative de manipulation des votes électroniques entraînera automatiquement l’annulation des votes pour le candidat favorisé.

    LE PALMARÈS

    Ballon d’Or 2010 :

    Damien Deltour (Vyle-Tharoul).

    Ballon d’Or 2011 :

    Sammy Derwael (Lensois).

    Ballon d’Or 2012 :

    Axel Dheur (Huy).

    Ballon d’Or 2013 :

    Jérôme Lahaque (Hamoir).

    Ballon d’Or 2014 :

    Geoffrey Barrettara (Huy).

    Ballon d’Or 2015 :

    Terry Van Hove (Verlaine).

    Ballon d’Or 2016 :

    Damien Parthoens (Fize).

    Ballon d’Or 2017 :

    Youssef Guilmi (Verlaine).

    Ballon d’Or 2018 :

    Jordan Lomba (Wanze/Bas-Oha).

    Laurent Maes

  • Angel, 16 ans, a été retrouvé sain et sauf

    Angel, 16 ans, a été retrouvé sain et sauf
    Police fédérale

    Le jeudi 23 janvier 2020 vers 09h00, Angel GAFRI, un jeune homme âgé de 16 ans, a quitté l’établissement d’enseignement spécialisé « Henri RIKIR » situé rue de Fexhe à Milmort. Depuis, il ne s’est plus manifesté. Angel mesure 1m70 et est de corpulence normale. Il a les cheveux noirs et de l’acné sur le visage. Il porte des lunettes à monture noire. Au moment de sa disparition, il portait un training gris clair avec des bandes blanches, un gilet gris, une veste bleu foncé avec une capuche bordée de fourrure et des chaussures foncées.

    Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, vous pouvez prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800/30.300 ou par email avisderecherche@police.belgium.eu.

  • Florian Di Rupo s’était remis avec Émilie après l’avoir massacrée

    Florian Di Rupo s’était remis avec Émilie après l’avoir massacrée

    Florian Di Rupo est en aveu des faits. Mais aussi de plusieurs altercations qui ont laissé des traces sur le corps de sa compagne. Il ajoute : « Quand je suis sorti de prison, on s’est remis en couple un petit temps… mais maintenant, on s’est séparés et on fait sa vie chacun de son côté ». La jeune fille ne s’est d’ailleurs pas constitué partie civile et ne s’est pas présentée au tribunal.

    « Je veux tourner la page »

    « En fait, je ne savais même pas qu’il y avait le procès, je n’ai pas reçu de convocation. Cela dit, je ne lui veux pas de mal, à Florian Di Rupo, je ne demande pas qu’il aille en prison ni rien. Je veux juste tourner la page et passer à autre chose. Mon seul problème, c’est que j’aimerais bien qu’il paie pour mes frais de dentisterie. Car j’ai eu plusieurs dents cassées et j’ai du mal à payer mes frais médicaux, étant donné mon petit salaire » nous a-t-elle dit après l’audience, réfléchissant donc malgré tout à la possibilité d’une action au civil.

    « Il a du TNT dans la tête »

    Pour le substitut François Bury, ce soir-là, la jeune Émilie a été confrontée à un déferlement de violence dantesque ! « Ils avaient décidé de sortir chacun de son côté. Mais Émilie est rentrée « trop tard » aux yeux de son compagnon, qui lui a porté de nombreux et violents coups de pied en plein visage… Pour se sauver, la malheureuse a dû franchir une barrière d’1m80 avant de se retrouver seule en pleine nuit dans la rue ».

    Pour le magistrat du parquet, les propos tenus par Di Rupo lors de son audition font peur : « Au départ, il admettait juste quelques gifles avant de reconnaître, au vu des photos, qu’il s’était déchaîné à coups de pied sur sa compagne. » Il a aussi rappelé qu’après la détention préventive et malgré l’interdiction de contact, Di Rupo s’était remis en ménage avec Émilie, au point que la jeune femme était revenue faire une nouvelle audition aux autorités judiciaires, en minimisant la violence des coups et en insistant sur le fait que tout cela était de sa faute à elle. Il a donc insisté sur l’absolue nécessité d’un suivi psychiatrique pour ce garçon explosif « qui a du TNT dans la tête ».

    Il se soigne

    À la défense, c’est Me Frank Discepoli qui a pris la parole. « Florian Di Rupo a fait preuve d’une violence inadmissible », reconnaît-il sans ambages. Mais il précise que le jeune homme a rapidement admis sa responsabilité et ses regrets, rappelant ces paroles prononcées par le prévenu lors de son audition : « Je ne sais pas pourquoi j’ai eu cette rage contre Émilie et je le regrette. Je veux faire partir cette rage de moi car je fais du mal à tout mon entourage ».

    À l’époque, Di Rupo consommait de l’alcool et des stupéfiants. « Émilie consommait aussi des stupéfiants et avait aussi un caractère explosif ! C’étaient deux jeunes gens égarés, sans boulot et sans perspective d’avenir, qui vivotaient dans une caravane installée dans le jardin du grand-père de Florian, ça devait finir comme ça », dit encore le pénaliste.

    Qui évoque le chemin parcouru par Florian Di Rupo : « Aujourd’hui, il ne boit plus et ne consomme plus de stupéfiants. Il voit un psychiatre et a pris des contacts pour entamer un suivi pour les auteurs de violences conjugales. Il va aussi commencer un nouveau boulot dans les semaines qui viennent ».

    Mais bien sûr, il faut une sanction pénale et un cadre strict, a admis Me Discepoli qui a plaidé un sursis probatoire.

    Le jugement sera rendu le 21 février prochain.

    Anne Dauchot

  • Une voiture happée par un train à Brye: Johan et Gérald décèdent

    Ambulances, pompiers et police sur place.
    Ambulances, pompiers et police sur place. - FVH

    « Le train a continué sur 300 mètres après la collision et s’est arrêté sur la commune voisine. Il y a bien deux décès », confirment hélas la police locale de la zone Brunau et Infrabel.

    La police des chemins de fer a également été dépêchée sur place. Tout comme les équipes d’Infrabel et Securail évidemment, les pompiers de Jumet et Fleurus, un Smur de Notre-Dame de Grâce de Gosselies, et une équipe d’intervention paramédiacle (PIT) de Gilly.

    L’accident a eu lieu sur le chemin de fer situé à Brye, à la limite du village voisin de Marbais. Sur place, les pompiers et la police étaient toutefois arrêtés à la rue Catalogne, sur le territoire de Villers-la-Ville. Dans sa course, le train a en effet embarqué la voiture… Les deux victimes sont des hommes, Johan, 52 ans, des Bons Villers, et Gérald, 40 ans, de Charleroi. Un chien aurait aussi succombé à ce terrible accident. Le véhicule, de couleur grise, serait de la marque Volkswagen.

    Les causes du drame ne sont pas encore déterminées, et une enquête a été ouverte. Le parquet est descendu sur place en fin de soirée. Selon le technicien dépêché sur place, il n’y a pas eu de dysfonctionnement à hauteur des barrières du passage à niveau.

    Concernant les mesures sur la voie ferroviaire, la circulation entre Fleurus et Ottignies, sur la ligne 140, a été totalement bloquée et des taxis ont été sollicités sur place pour dépanner les voyageurs. L’incertitude sur la réouverture de la ligne demeurait en fin de soirée, parce qu’il faudra peut-être employer un train de relevage pour extraire la carcasse du véhicule.

    Les voyageurs du train repartent en taxi.

    Une série noire

    Cet accident survient hélas dans la continuité d’une terrible série noire qui touche actuellement la région. Pour rappel, début janvier, une dame avait été percutée par un train à Pont-à-Celles et était décédée sur le coup. Âgée d’une soixantaine d’années, elle avait garé un véhicule non loin des voies de chemin de fer dans la rue Camille Thirionet, située juste derrière l’église. Selon les témoins de la scène, elle avait ensuite franchi le passage à niveau, fermé, d’un pas décidé. Un train de marchandises arrivait malheureusement à ce moment-là. Le conducteur avait longuement klaxonné, mais l’impact n’avait pas pu être évité. La thèse du suicide était privilégiée par les enquêteurs.

    Au même endroit, toujours à Pont-à-Celles donc, c’est une autre dame âgée de 60 ans qui avait été happée par un train alors qu’elle traversait le passage à niveau à vélo.

    La violence du choc a été terrible...

    Toujours sur ce même lieu, en février, c’était Emy, une adolescente âgée de 14 ans, qui perdait la vie après avoir été percutée par un convoi de marchandise. Elle était domiciliée à Pont-à-Celles et avait pourtant l’habitude de prendre le train là depuis trois ans… Et le 14 janvier 2019, c’était un octogénaire qui avait lui aussi perdu la vie, alors qu’il traversait le passage à niveau de Landelies (Montigny-le-Tilleul).

    Et voilà que la cohabitation entre les trains et les autres usagers des voies publiques vient de faire deux nouvelles victimes dans la région. Deux de plus. De trop, une nouvelle fois. En espérant que cette terrible série noire prenne fin, la rédaction présente toutes ses condoléances aux proches et à la famille des malheureuses victimes.

  • Le braquage d’une friterie filmé boulevard Kleyer à Liège (vidéo)

    La scène a totalement été filmée.
    La scène a totalement été filmée. - D.R

    L’individu est masqué et porte une arme à la main. Il l’ignore sûrement, mais les caméras de surveillance de l’établissement ont filmé toute la scène ! L’homme, visiblement assez jeune, pénètre comme un éclair dans l’établissement. Il saute un petit muret pour s’immiscer derrière le comptoir.

    Très rapidement, il tombe nez à nez avec l’employée, de garde ce jour-là, et totalement seule. Aucun client ne se trouvait à l’intérieur. Elle ne s’attendait à rien…

    Immédiatement, l’individu lui ordonne d’ouvrir la caisse. Choquée et apeurée, elle s’excuse : « Pardon ! Pardon ! », lance-t-elle, déstabilisée par le ton menaçant du voleur. La suite est plutôt… cocasse. Le braqueur, sans gêne, demande à l’employée de récolter l’argent de la caisse, et de le glisser dans son sac, pendant que celui-ci lui tourne le dos, calmement. L’employée s’exécute : « Grouille ! Grouille ! », lui crie-t-il.

    Une fois l’argent volé, l’individu se dirige vers une autre pièce, située juste en face de la porte d’entrée. Le ton monte encore d’un cran. Finalement, après 1minute17, le braquage se termine. Le braqueur quitte l’établissement à toute allure en sautant le muret qu’il avait enjambé au moment de son arrivée. Il prend la fuite, à pied, avec le contenu de la caisse. À l’heure actuelle, l’identité du braqueur reste encore inconnue. Il est vivement recherché par les forces de police.

    Stefano Barattini

  • Périmètre de sécurité levé autour de la fuite de gaz de la Batte

    Les pompiers et les ouvriers de Resa au travail.
    Les pompiers et les ouvriers de Resa au travail. - S.P.

    (photo : Jim Sumkay)

    Ce vendredi matin peu avant 10 heures, les ouvriers travaillant au chantier du tram à Liège ont endommagé une conduite de gaz à l’angle du quai de la Batte et de la rue Saint-Jean Baptiste. Le gaz s’échappe abondamment et la police a établi un périmètre de sécurité de 500 mètres tout autour.

    Vu l’endroit, de nombreuses lignes de bus sont déviées et les quais de la Meuse sont fermés à la circulation entre le rond-point de l’Évêché et le quai Saint-Léonard. La rue Féronstrée est également fermée à partir de la place du Marché.

    Les quais étaient fermés à la circulation.

    La circulation bloquée sur les quais (photos : Thomas Van Ass)

    Les pompiers de Liège et les ouvriers de Resa sont sur place. D’après un témoin, cela sent très fort le gaz dans tout le quartier et on entend siffler la fuite de loin. Les magasins les plus proches de la fuite ont été évacués en Féronstrée.

    Vers 10h30, les ouvriers de Resa sont parvenus à colmater la brèche. Le périmètre de sécurité a encore été maintenu, le temps de vérifier l’évaporation du gaz et les bâtiments aux alentours.

    Il a donc été levé vers 11h45.

  • Décès de Nikitiana et son bébé: «On veut obtenir justice»

    Nikitiana et Andrew attendaient un enfant qui est aussi décédé suite à l’accident.
    Nikitiana et Andrew attendaient un enfant qui est aussi décédé suite à l’accident. - DR

    « On ne t’oublie pas  ! » C’est la phrase qui figurait sur le t-shirt que la maman de Nikitiana portait jeudi après-midi au tribunal de police de Tournai. Elle était accompagnéee d’une jolie photo de la jeune femme qui a perdu la vie, dans la nuit du samedi 14 au dimanche 15 avril 2018, à la rue du Pilori à Ellignies-Sainte-Anne, alors qu’elle se rendait à la maternité. L’accident a aussi coûté la vie à l’enfant à naître et, quelques mois plus tard, au papa Andrew Demarlière qui était au volant. Une course poursuite s’était engagée de manière incompréhensible entre la voiture des victimes,dont les feux de détresse étaient allumés, et celle d’un automobiliste, âgé de 32 ans, originaire de Baudour, dont l’éthylotest s’est avéré positif. Dans un virage, Andrew a perdu le contrôle de son véhicule avant d’être embouti par le poursuivant avec les conséquences dramatiques que l’on sait.

    « Il a détruit toutes les familles »

    Les familles de Nikitiana et d’Andrew veulent comprendre les circonstances de l’accident et surtout obtenir justice. Émilia, la maman de la jeune femme, nous avait fait part, en janvier de l’année dernière, de sa colère à propos de l’autre automobiliste  : « Comment pouvez-vous faire la course quand l’autre voiture a mis ses feux de détresse qui sont un appel au secours? Le témoin qui suivait a dit qu’il roulait comme un fou. Et lorsqu’il est sorti de sa voiture après l’accident, il a dit à la personne qui portait secours à Nikitiana et Andrew ‘laissez-les, c’est de leur faute’. Il n’y avait pas de traces de freinage. Il les a écrasés comme une mouche. Tout était éclaté: la valise pour la maternité, le maxi-cosy… Il a tué trois personnes et détruit toutes les familles: les frères et sœurs, le parrain et la marraine de Nikitiana qui sont mon frère et ma belle-sœur ».

    L’automobiliste incriminé n’était pas là

    Une première audience avait été fixée le 24 octobre, mais la partie adverse avait demandé un report. Une deuxième audience était prévue ce jeudi 23 janvier, mais l’expert automobile, malade, n’a pas pu remettre ses conclusions dans les délais. C’est donc reporté au 27 février au grand dam des deux familles. Le juge Michel Pieraert a compris leur détresse. « On avance sans avancer », a-t-il reconnu. « C’est dommageable ». Il a même estimé « irrespectueux » le délai supplémentaire. Il a donc promis de fixer des délais contraignants, une fois le rapport de l’expert remis le 27 février. Le président du tribunal a aussi très modérément apprécié l’absence de l’automobiliste incriminé. Celui-ci était bien présent à la première audience, mais pas à la deuxième. Le juge a insisté auprès de son avocate pour qu’il soit bel et bien là lors de la prochaine comparution. C’est une marque de respect à l’égard des familles des victimes.

    «Cela ne nous rendra pas Nikitinia»

    « Cela ne nous rendra pas Nikitiana, mais on veut obtenir justice », nous ont rappelé la maman Émilia et sa famille, à nouveau très dignes, comme la famille d’Andrew, tous bien encadrés par le service d’aide aux victimes.

  • Droits TV: Mediapro a offert… un milliard d’euros pour 10 ans!

    Droits TV: Mediapro a offert… un milliard d’euros pour 10 ans!
    Photo News

    C’est ce vendredi, dès 10h, que 24 clubs de la Pro League se réunissent pour attribuer, ou pas (car un deuxième tour est toujours possible), les droits TV pour 5 ans. Où ? Alors que cette séance est traditionnellement suivie d’une conférence de presse, la Pro League annonce que l’endroit est secret et qu’il n’y aura rien d’autre, ensuite, qu’un communiqué. De quoi empêcher les journalistes de mesurer le niveau de la tension qui agite les clubs autour de la clé de répartition ?

    1. La clé de tout, c’est la clé de répartition

    Dans le contrat TV actuel de 80 millions, le club le mieux rétribué (8,05 millions pour le FC Bruges) touche 3,54 fois plus que le moins bien loti (Eupen, 2,27 millions), alors que l’écart est bien moindre en Angleterre (Liverpool n’a que 1,59 fois plus que le dernier) et en France (le PSG a 2,97 fois plus que le dernier). En Belgique, les gros clubs veulent une plus grosse part d’un gâteau appelé à grandir (entre 100 et 120 millions), le FC Bruges, notamment, agitant même la menace de négocier seul ses droits, ce qui ferait exploser le système. Mais les petits veulent également davantage ! La Pro League espère que la solidarité sera préservée et cela va sans doute se jouer, selon la tradition du compromis à la belge, dans un grand marchandage où il sera probablement question d’un barrage entre le 15e de D1A et le 2e de D1B, et d’un parachute en or pour les relégués… Bref, cette clé, si elle ne doit théoriquement être réglée qu’après l’attribution des droits, pourrait être la clé de tout.

    2. Mediapro est prêt à prendre… tous les lots

    Si la Pro League et les chaînes se taisent dans toutes les langues, il nous revient de bonne source qu’avant même l’appel d’offres lancé le 2 décembre, la Pro League, avait reçu de la part de Mediapro une offre d’un milliard d’euros pour 10 ans. Une proposition recalée car la durée était trop longue aux yeux de la Pro League, et n’aurait pas passé le cap de l’Autorité de la concurrence. La durée a finalement été fixée à 5 ans et Mediapro a donc fait une nouvelle offre qui, nous dit-on, dépasserait les 100 millions par an et concernerait… tous les lots ! À charge pour le groupe espagnol d’en revendre ensuite certains, comme celui des résumés, qui doivent passer sur une chaîne en clair et resteront probablement sur la RTBF, d’une manière ou d’une autre.

    3. Eleven veut prendre sa revanche

    Pou les directs, alors que Telenet, VOO et Proximus, actuels détenteurs des droits, ont certainement fait une offre aussi, Mediapro, le favori, doit évidemment tenir compte de la concurrence d’Eleven qui, évincé en 2017, veut sa revanche. Et a l’avantage d’être déjà diffusé par le canal de VOO et Proximus alors que Mediapro devrait d’abord créer sa propre chaîne et conclure ensuite un accord avec les opérateurs pour sa diffusion. À moins de proposer un abonnement « Over the top », comme Netflix, via Internet et les smart TV. En France, où Mediapro a acquis les droits pour 8 matches sur 10 de 2020 à 2024, tout reste flou, à ce jour, quant à leur diffusion…

    4. La Tribune sur la RTBF, la Croky Cup sur RTL ?

    Studio Foot, on l’a dit, devrait rester sur la RTBF. C’est moins évident pour La Tribune, désormais ouverte aux chaînes payantes, ce qui n’était pas le cas auparavant. La Croky Cup, elle, ne semble vraiment intéresser que RTL. Pour les autres lots (les clips vidéo, la D1B, la Supercoupe et la Super League féminine), c’est moins clair…

  • Dour: que faire avec «Mme bonnet» qui se soulage en rue?

    «
Madame bonnet
», en manteau rouge, fait toujours parler d’elle.
    « Madame bonnet », en manteau rouge, fait toujours parler d’elle. - COM.

    « Madame bonnet » n’est plus à présenter à Dour… Tous les Dourois l’ont déjà bien croisée dans une banque ou en pleine rue. Sans compter les fois où elle se met au milieu de la route pour demander de l’argent et arrêter les voitures. Cela fait plusieurs années qu’elle fait parler d’elle, et pas nécessairement en bien… Pas mal de riverains l’ont surprise en train de se soulager en pleine rue, ou pire encore dans une banque ou un magasin. « Je l’ai souvent croisée à la banque Belfius où elle urinait là où bon lui chantait. Je l’ai même vue faire « la grosse commission » en plein milieu d’un rayon quand le Carrefour de la place était encore ouvert. Mais le pire qu’elle ait fait, c’est de m’uriner dessus… », explique Shannon. C’était il y a plus ou moins quatre ans !

    « Elle m’a uriné dessus »

    La Douroise de 21 ans attendait son bus. Elle s’était assise sur une pierre non loin de l’arrêt et près d’un magasin de chaussures, rue Grande à Dour. « Madame bonnet », assise à côté d’elle, venait de se lever quand elle a remarqué qu’elle était mouillée. « Je lui ai demandé si elle n’avait pas besoin d’un coup de main. Mais elle est partie comme si de rien n’était. » Elle s’est levée et a continué sa route sans s’excuser. Shannon a dû prendre son bus, dans l’état dans lequel elle l’avait laissée. « Sans connaître son nom, ni son adresse, je n’ai pas vu l’utilité de déposer plainte. Je ne pense pas aussi que ce soit vraiment nécessaire, personne ne fait rien quand on sait qu’il s’agit de « madame bonnet »… Depuis, je ne m’assieds plus là où elle est ! »

    Shannon ne veut plus s’asseoir à côté de «
madame bonnet
»
!

    Avec une carte bancaire

    Lara, 24 ans, s’est aussi fait interpeller par « madame bonnet ». Cette dernière lui demandait de retirer de l’argent à sa place à la banque. Lara n’était pas contraire au début. Elle voyait bien que c’était une femme dans le besoin mais elle s’est rapidement rendu compte qu’il ne s’agissait pas de sa carte bancaire. Elle lui a tendu une carte au nom d’un homme, le code était inscrit sur un papier dessus. « Je me suis méfiée, je lui ai conseillé de demander au guichet car je ne voulais pas prendre la responsabilité de le faire. Elle m’a répondu : non, allez, fais-le ! »

    « Madame bonnet » n’a pas hésité à se montrer agressive verbalement. « Elle m’a dit : Dépêche-toi ! Je lui ai répondu plus sèchement, j’étais un peu perdue, je l’avoue. » Lara ne veut maintenant plus se retrouver seule avec elle : « Clairement, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond chez elle ! »

    Stéphanie l’a surprise aussi dans une banque il y a trois semaines. « Il y avait une énorme flaque d’urine sur le sol et l’odeur allait avec… « Madame bonnet » était assise par terre, jambes écartées, à côté. Elle m’a assuré que ce n’était pas elle ! »

    Stéphanie l’a surprise dans une banque, il y avait une flaque d’urine.

    Le bourgmestre répond

    Beaucoup de riverains s’interrogent. Que font le bourgmestre et les services du CPAS de Dour ? Ils sont bien entendu au courant de la situation. Le CPAS a contacté toutes les personnes habilitées à l’aider mais elle n’est pas suivie par le CPAS même. Carlo Di Antonio explique la situation. « Nous lui avons proposé un suivi social mais elle n’a besoin de rien… Elle a un logement, un revenu… La police l’emmène quand elle dépasse les bornes. » Mais jusqu’à présent, elle n’a rien commis de suffisamment grave pour passer plus de quelques heures en cellule. « Je n’ai pas le pouvoir d’arrêter les gens ou de les faire interner. Heureusement d’ailleurs ! Il y a un juge pour ça… »

    La dame pourrait être placée dans un établissement si elle donne son accord, ou si un médecin ou un juge l’ordonne. Il faut qu’un juge estime qu’elle représente un problème majeur. « Elle mendie, elle passe beaucoup de temps dans la rue… Mais les médecins disent qu’elle va bien. »